Art. 15 – Transpacifique en solo

4.000 milles nautiques en 38 jours.

1 femme, 1 petit bateau, 1 projet.

Voici ma transpacifique racontée comme si vous étiez à bord avec moi !

Déjà disponibles : les épisodes 1 à 8. N’hésitez pas à vous abonner à ma chaîne Youtube pour être au courant de la sortie des prochains épisodes !


Si mes aventures vous intéressent, n’hésitez pas à vous abonner à ma chaîne Youtube : https://www.youtube.com/c/DreamChaserNautigirl

Vous voulez m’aider ? Contribuez à mon aventure à travers ma page Patreon : https://www.patreon.com/dreamchaserandnautigirl et si vous ne savez pas de quoi il s’agit, pour les explications, c’est ici : https://www.youtube.com/watch?v=SmLBV3KiJe0.

Envie de vous abonner à mon Instagram ? Facile, c’est dreamchaser_and_nautigirl.


 

Art. 14 – Le Canal de Panama

Le Canal de Panama, c’est une traversée mythique – pour moi – de 77 kilomètres qui séparent la mer des Caraïbes de l’Océan Pacifique. C’était un rêve de le franchir un jour avec mon voilier et c’est finalement arrivé !

Pour se faire, chaque voilier doit avoir au moins 4 équipiers qui joueront le rôle de « line-handlers », c’est-à-dire une personne qui gérera l’amarre qui reliera le bateau au sommet de l’écluse aux 4 principaux taquets : 2 à l’avant, 2 à l’arrière.

Si le skipper n’a pas assez d’équipiers, il doit faire appel à des line-handlers professionnels ou des bénévoles (avec le risque de faire appel à des gens qui ne savent pas y faire…). Etant seule sur le bateau (mon précédent coéquipier est descendu à la marina de Panamarina où un autre bateau l’attendait), j’ai donc du trouver 4 personnes. Après une petite annonce passée sur le net, j’ai ainsi trouvé James, un australien, Agathe, une française, tous deux semi-expérimentés (plusieurs transits réalisés) et que j’ai donc rémunéré, Yann, un français globetrotteur en camion et Adelina, une argentine en voyage également.

Sur Nautigirl, nous nous sommes donc retrouvés à 5. A cela, il faut aussi rajouter le « pilote » envoyé par le Port. Ce « pilote » ne pilote rien du tout en fait. Il est juste là pour nous donner quelques indications sur où aller et il gère le passage des écluses via sa VHF. Chaque jour, 1 pilote et comme mon transit a pris 2 jours, j’ai eu le droit à 2 pilotes différents. De beaux bébés à chaque fois !! 2 mètres de haut et pas des brindilles. Non, non, du 120-130 kilogrammes, je dirais.

Lorsqu’on était tous à l’arrière, Nautigirl prenait de l’eau par les vide-vites !

Parfois, une vidéo vaut tous les mots, alors voici celle du ma traversée du Canal de Panama :

 

 

Art. 13 – Ma traversée de la mer des Caraïbes

Depuis mon passage à Grenade pour obtenir la certification de Yachtmaster Offshore fin 2017, j’ai continué à naviguer solo. Toujours des petites navigations courtes entre les îles de l’arc antillais, de Grenade à Saint-Martin. Plus vraiment l’envie d’alimenter mon blog car avec la maîtrise croissante de mon voilier, j’avais moins de choses intéressantes à raconter. Ce qui m’étonnait ou m’apeurait au début est devenu peu à peu familier.

Au bout d’une année supplémentaire dans les Antilles, et à ma 2ème saison cyclonique là-bas, je me suis dit que je ne voudrais pas en subir une 3ème. Trop de stress et de pression. A chaque nouvelle formation dans l’océan Atlantique, c’est le jeu du « ça se transformera en cyclone ou pas » et du « sur qui ça va tomber, cette fois-ci ». Cela m’a décidé à enfin commencer mon périple vers la Polynésie.

Pour cela, la première étape a, bien sûr, été de franchir la mer des Caraïbes pour rallier le Canal de Panama.

J’ai fait le choix de sélectionner un équipier expérimenté pour ce trajet car j’ai toujours eu peu de ce fameux « Cabo de La Vela », un cap au nord de la Colombie réputé pour le vent fort qu’on y trouve et des vagues mauvaises qui ont fait sancir plusieurs bateaux. Certains l’appellent le « mini Cap Horn » : c’est dire la mauvaise réputation de l’endroit. Et l’impact de ce cap se fait ressentir à plus d’une centaine de milles.

J’ai aussi fait le choix de faire un direct Martinique – Panama. D’une part, pour tester le bateau sur un trajet un peu long, me tester moi aussi. D’autre part, pour avoir le temps de passer le Canal de Panama et d’enchaîner sur une Transpacifique à la bonne période, c’est-à-dire avril – mai. Si j’avais su…

Quelques jours avant le grande traversée, je fais changer tous les haubans du bateau chez Caraïbes Gréement au Marin. Ouch… Belle facture à plus de 2.000 euros… Ça fait bien mal mais vu mon projet de Transpacifique, je ne veux prendre aucun risque avec la sécurité. Et je ne sais pas ce que je trouverai au Panama comme professionnels compétents, du coup, j’utilise ceux que je connais. Et j’ai bien fait.

Et puis finalement, nous voilà partis mon coéquipier et moi. Les premiers jours sont un peu difficiles pour moi car la houle est forte et croisée ce qui me rend sensible au mal de mer. Hors de question de faire la cuisine à l’intérieur. Du coup, c’est mon coéquipier qui s’en charge pour moi ! Je reste apte aux manœuvres heureusement mais les odeurs de bouffe chaude, non, vraiment, je ne peux pas…

L’œil aguerri de mon coéquipier me permet également d’identifier certains petits points d’amélioration sur le bateau dont je m’occuperai à Panama.

11 jours de navigation au total pour rallier Panama. 11 jours durant lesquels je vais enfin apprendre à tangonner et dé-tangonner mon génois, ce que je ne savais pas encore faire. Non pas que je ne connaisse pas la théorie : je ne voyais juste pas comment l’appliquer sur mon bateau, comment fixer le hale-bas de tangon, où, à quoi etc…

Bref, une belle navigation au portant en passant pile-poil entre des zones de vents forts. Une belle courbe pour éviter la zone que je redoutais et nous voilà arrivés au Panama.

 


Si mes aventures vous intéressent, n’hésitez pas à vous abonner à ma chaîne Youtube : https://www.youtube.com/c/DreamChaserNautigirl

Vous voulez m’aider ? Contribuez à mon aventure à travers ma page Patreon : https://www.patreon.com/dreamchaserandnautigirl et si vous ne savez pas de quoi il s’agit, pour les explications, c’est ici : https://www.youtube.com/watch?v=SmLBV3KiJe0.

Envie de vous abonner à mon Instagram ? Facile, c’est dreamchaser_and_nautigirl.